Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/05/2014

Ostende, 1927-1929, dernière partie. Publication n°18

 

 

 

portrait doisneau détourée 30px.png

"Un matin de 1930, je décidai de faire le bilan de mon séjour dans les Flandres. J'avais quand même  pas mal peint, rencontré les meilleurs peintres belges et j'en avais tiré la leçon. Mais, je ne peignais plus beaucoup et je devais admettre que je menais une vie tout de même trop joyeuse, bien que nous tirions le diable par la queue. Je pris la résolution brusquement de rentrer en France avec femme et enfants."

 

Vous avez peut-être découvert quelques œuvres de Félix Labisse dans la publication précédente et, nombreux étaient les artistes présents à cette époque à Ostende  : James Ensor, Léon Spilliaert, Permeke. Vous trouverez plus bas dans cet article quelques anecdotes racontées par Alfred Courmes, ainsi que quelques repères biographiques et iconographiques au sujet de ces peintres.

 

 

 

28 La vieille coquette hui192871.jpg

"La vieille coquette", 1928, huile sur toile (97 x 80 cm), coll. part.©adagp

 

 

28 La vieille coquette (2) min1928237.jpg28 La vieille coquette (4) min1928239.jpg28 La vieille coquette (3) min1928238.jpg

 

 

 

Études pour "La vieille coquette", 1928. ©adagp

 

 

Quelques détails de "La vieille coquette" que vous pouvez agrandir en cliquant dessus: 

 


29 vielle coquette détail 4hd.png29 vielle coquette détail 2hd.png

29 vielle coquette détail 6 hd.png29 vielle coquette  détail 5hd.pngdétail 3.png

29 vielle coquette  détail 1hd.png

 

 

 

 

 

 

 

Petit retour en arrière:

 

portrait doisneau détourée 30px.png

"[...] Mais les ventes étaient plutôt rares. Ma famille s'agrandissait. J'eus l'idée de faire le commerce de tableaux [...] J'avais fait la connaissance d'un libraire, Corman. Il était arrivé à Ostende avec une malle de bouquins et avait commencé par s'installer à la sauvette dans le couloir du journal "Le petit Ostendais". En moins d'un an et demi, il réussit à acheter un immeuble en face et à ouvrir un second magasin. Nous lui demandâmes de nous prêter un coin de sa boutique pour en faire une petite galerie. Alors là, j'ai présenté mes toiles avec des œuvres que Labisse, Permeke, Spilliaert me confièrent. Je fis même venir de Paris des toiles de Gampert, Severini, Madeleine Luka. Il faut reconnaître que nous n'étions pas des vendeurs très acharnés. Nous perdions beaucoup de temps à jouer au poker dans l'attente des amateurs. Nous ne réussîmes à vendre qu'un seul tableau, une oeuvre de Madeleine Luka [...]"

 

 

 

27 accident.jpg

  "Homme accidenté par une scie à bois", 1927, huile sur toile ( 60,2 x 73 cm ), coll. part. ©adagp

 

 

 

29 L'homme accidenté par une scie à bois min1929425.jpg

Étude pour "Homme accidenté par une scie à bois", signé et daté 1929 postérieurement en 1980, ce qui est une erreur puisque le tableau (que Courmes pensait détruit) est lui daté de 1927. ©adagp

 

 

 

 

324PF1434_72ZZ7_1 Lendemain de carnaval.jpg

 "Lendemain de carnaval", 1929, huile sur papier marouflé sur toile (71 x 89 cm), coll.part. ©adagp

 

 

 

ensor p.jpgJames Ensor: 1860-1949

 Lien vers Wikipédia

 

 

portrait doisneau détourée 30px.png" C'était un homme aimable et très accueillant. Il n'avait pas d'atelier. Il peignait dans la salle à manger au premier étage de sa maison, au milieu d'un bric-à-brac invraisemblable: des tas de potiches, des crânes humains affublés de pipes et de chapeaux [...] J'ai eu la chance d'admirer chez lui son immense toile "L'entrée du Christ à Bruxelles". Elle avait été acquise par le Musée Royal mais il était convenu qu'il la garderait jusqu'à sa mort. Ensor se disait "fauve". Mais pour moi, il ne l'était pas vraiment. Ensor c'est Ensor, un phénomène unique. Je dirais un peintre belge métissé d'art anglais, par son père qui était anglais." 

 

Christ's_Entry_Into_Brussels_in_1889.jpg

 

"L'entrée du Christ à Bruxelles", 1888, huile sur toile (2,58 × 4,30 m), Los Angelesmusée Getty

 

 

ensor006.jpgJamesEnsor-portraitoftheartistsu-1.jpg

 

"Les Masques singuliers", 1892, huile sur toile (100 x 80 cm)

"Ensor aux masques", 1899, huile sur toile (120 x 80 cm)

 

 

permeke.jpgConstant Permeke: 1886-1952

Lien vers wikipédia

 

 

portrait doisneau détourée 30px.png

"Permeke est un grand peintre. Avec Ensor, il a été l'un des meilleurs de son époque en Belgique [...] Des tableaux très forts qui resteront. Je l'ai souvent rencontré, nous allions l'un chez l'autre. On a parlé d'une influence de Vlaminck sur Permeke, certes. Mais Permeke a réussi à trouver son propre langage. Toute l'histoire de l'art est faite d'une suite d'interprétations subtiles qui chez les grands peintres s'effacent jusqu'à ce qu'ils imposent leur vision particulière du monde."

 

Constant_Permeke_-_kermesse.jpg

permeke-11058zw-l.jpg

 "La Kermesse", 1921, huile sur toile (78 x 110,5 cm). © SABAM, Belgium



permeke-6659-l.jpg

 

 

 

 

 

"Homme avec seau et brosse, 1928,

fusain sur carton (27 x 21 cm). © SABAM, Belgium

 "Niobé", 1951, ciment ( 71,5 x 273,5 cm, sans socle) -

La sculpture pèse environ une tonne. © SABAM, Belgium

 

Rétrospective Permeke en 2012 au "Bozar" de Bruxelles.

 

 

Spilliaert_7749.jpegLéon Spilliaert :1881-1946

Liens vers wikipédia

 

 

portrait doisneau détourée 30px.png

"Je rencontrais également Spilliaert. Un grand peintre de la Belgique qui avait un oeil sur Munch et l'autre sur les Expressionnistes allemands. Il travaillait surtout à l'aquarelle, l'encre de chine, la gouache, le pastel... Ce flamand flamingant transcenda toutes les influences. Sa verve, son habileté à traiter les sujets les plus divers, son goût pour l'insolite séduisit certains marchands parisiens dont Paul Guillaume. De tous les grands peintres belges, avec Ensor, il fut celui qui eut le plus de succès, mérité, à Paris."

 

 

spilliaert_6622_web_small@2x.jpgSpilliaert.jpglc3a9on-spilliaert-jeunes-femmes-c3a0-la-plage-1924.jpg

"Baigneuse", 1910, encre de Chine, pinceau, pastel sur papier. Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles

                                                         "Jeunes filles à la plage", 1924

"Printemps" 1911,encre de Chine, gouache et pastel sur carton (70 x 89 cm)

 

 

En savoir plus:

 

"La vieille coquette", 1928, a été exposée:

- 1930, Galerie Giroux, Bruxelles.

- 1989, Rétrospective, musée "La Piscine", du 29 avril au 11 juin , Roubaix.

- 1989, Rétrospective, musée Sainte-Croix, du 3 juillet au 4 septembre, Poitiers.

- 1989, Rétrospective, Centre Georges Pompidou, du 12 septembre au 22 octobre , Paris.

- 1998, « Réalistes des années 20 », Musée-Galerie de la Seita, 24 mars au 7 juin 1998, Paris.

"La vieille coquette", 1928, a été publiée:

Vitalie Andriveau – Gilles Bernard, Alfred COURMES, Préface de Michel Onfray, le cherche midi, 2003, p. 55.

 

Les commentaires sont fermés.