Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/04/2014

Ostende, 1927-1929, partie 2. Publication n°17

 

 

Un peu d'histoire:

saint sébast.jpg

Alfred Courmes a vécu pendant quelques années en Belgique. Il avait épousé une Ostendaise, la fille d’un général belge, et  débutait sa période dite ostendaise. Il s’était installé sur la côte à Westende au cours de l’été et  se rendait souvent à Ostende qu’il rejoignait en un quart d’heure de tramway.

Pendant cette période, il a exposé dans de nombreux lieux et notamment au Kursaal qui était le casino d'Ostende en compagnie entre autres de son ami Félix Labisse. Le journal local "Le Carillon" rend compte de cette exposition le samedi 22 septembre 1928 dans sa chronique «La Peinture» sous l’intitulé «L’exposition du Kursaal», citant plus particulièrement Courmes et Labisse : «Courmes d’abord, méridional doué d’un métier de primitif flamand n’ayant retenu de l’art moderne que ce qu’il contient de meilleur. Tout a une valeur homogène dans l'ensemble de Courmes, de la plus petite esquisse au grand panneau. C'est extrêmement rare et c'est pourquoi le peintre laisse une impression de santé et de probité remarquables. On peut retenir ce nom avec confiance. Labisse est le coloriste du salon, et il y apporte la plus légère des fantaisies […]. 

 

 

ostendeOstende

       "Le port d'Ostende", 1929, huile sur toile (52 x 63 cm), coll.part. ©adagp

"Le bassin de commerce d'Ostende", 1928, mine de plomb, coll. part. ©adagp

 

 

 

ostendeOstende

      "Pêcheur à Ostende", 1930, huile sur toile (32,5 x 40 cm) coll.part.©adagp

"Le port d'Ostende", 1928, mine de plomb (14 x 23 cm), coll. part. ©adagp

 

 

 

saint sébast.jpg

Tout irait pour le mieux, s’il n’y avait pas dans la même édition du journal "Le Carillon" un autre article intitulé «La pudeur municipale» : «La vague de pudeur qui se répand sur Ostende, et dont les foyers sont situés à l’Hôtel de Ville, est bien plus amusante dans ses conséquences que la campagne mémorable (contre le nu et autres blasphèmes) du père-la-vertu Wybo. Nous avons pu signaler déjà quelques échantillons de la pudibonderie municipale. En voici un nouveau, tout à fait digne des précédents. Par ordre de l’autorité communale, le peintre français Courmes, qui expose en ce moment au Kursaal, s’est vu sommé de retirer de la cimaise un «nu» et une autre œuvre «Le Marin» qui offensaient, dit-on, quelques dames farouches. «Leve de leute !» a dit Courmes et on a emballé les œuvres licencieuses ! Elles étaient bien inoffensives, cependant, pour n’importe quel spectateur ou amateur d’art ayant trois grammes de sens commun ! Et on nous montre autre chose que ça dans les music-halls et cinémas du XXe siècle à Ostende. Le temps est loin où l’on pouvait impunément projeter à Ostende un film comme «La Garçonne» qui était autrement dangereux pour la moralité publique que ce nu innocent de Courmes qui a mis la censure ostendaise en branle !»… 

 

 

 

ostende28 La marchande de poissons min1928251.jpg

     "Le marchand de poissons", 1927, huile sur toile (60 x 73 cm), coll. part. ©adagp

"Au marché", 1928, mine plomb, coll. part. ©adagp

 

 

ostende

"Couple de pêcheurs ostendais avec enfant", 1928, huile sur toile (73 x 60 cm),coll. part. ©adagp

 

 

 

 

 

ostendeostende

      "Le port de Nieuport", 1927, huile sur toile (60 x 73 cm), coll. part. ©adagp

"Le canal de Nieuport", 1927,©adagp (pas de reproduction couleur, localisation du tableau inconnue)

 

 

 

ostende

"Pêcheurs ostendais dans le tramway", 1928, huile sur toile (73 x 60 cm), coll. part. ©adagp

 

 

 

portrait doisneau détourée 30px.png

"C'est à Ostende que j'ai connu Labisse. Ce fut le début d'une amitié qui dura jusqu'à sa mort en 1982. Il était né à Douai en 1905. Il avait terminé son service milaire et devait avoir 22 ans. Son père, grainetier du nord de la France, chatouillait pas mal la martingale et, pour cette raison, habitait Ostende près du casino. Labisse m'emmena chez lui, dans une singerie, c'est à dire un local où l'on avait vendu des singes et toutes sortes d'animaux: Il avait loué ce grand local magnifique, de plusieurs étages pour en faire une galerie d'art (...)."

 

Quelques œuvres de Félix Labisse (1905-1982):

 

 

Labisse FélixLabisse Félixcotyo-perfica-volupie-1963.jpg

"Carnaval ostendais", 1934

 " Three", 1968

"Cotyo-perfica-volupie", 1963

 

Labisse FélixLabisse Félix

 

 

"Le bonheur d’être aimée", 1943, Centre Georges Pompidou.

 

 

 

 "Libidoscaphe en état de veille", 1962. MNAM, Centre Georges-Pompidou.

 

 

Un peu de géographie:

 

Pour ceux qui souhaiteraient marcher dans les traces d'Alfred Courmes, voici quelques cartes et liens géographiques:

 

Capture d’écran (30).png

 

 

Lien vers google Maps 

 

Capture d’écran (31).png

 

 

 

 

 

En savoir plus:

 

Je remercie Jean Binder qui a beaucoup écrit sur cette période à Ostende et qui m'a donné de précieuses informations.

Il a contribué à faire publier en 2010 un livre sur cette période : «Henri Vandeputte – Lettres à Félix Labisse », édition établie par Victor Martin - Schmets. Il s'est occupé de l’avant-propos, des repères chronologiques et des illustrations. Editions Rafael de Surtis. 

Les articles de la presse ostendaise citant Courmes peuvent être retrouvées sur le site internet de la bibliothèque d’Ostende.

Gescande Oostendse Documenten (god.biboostende.be/‎)

Il a écrit  sur la période ostendaise de Labisse dans le catalogue de l’exposition Labisse en 2005 à Cordes sur Ciel. 

 

"Le port d'Ostende", 1929, a été exposé:

1987/1988, « Inquiétude et Sérénité », Hommage à Jean Hélion au Salon de Malmaison, du 5 décembre au 14 février, Cannes.

"Le port d'Ostende", 1929, a été publié:

Vitalie Andriveau – Gilles Bernard, Alfred COURMES, Préface de Michel Onfray, le cherche midi, 2003, p.57.

 

"Pêcheur à Ostende", 1929, a été exposé: 

- 1986, Exposition particulière, Galerie Jean Briance, du 10 avril au 31 mai, Paris.

- 1989, Rétrospective, musée "La Piscine", du 29 avril au 11 juin , Roubaix.

- 1989, Rétrospective, musée Sainte-Croix, du 3 juillet au 4 septembre, Poitiers.

- 1989, Rétrospective, Centre Georges Pompidou, du 12 septembre au 22 octobre, Paris.

"Pêcheur à Ostende", 1929, a été publié:

Vitalie Andriveau – Gilles Bernard, Alfred COURMES, Préface de Michel Onfray, le cherche midi, 2003, p.60.

 

"Le marchand de poissons", 1927, a été publié: 

Vitalie Andriveau – Gilles Bernard, Alfred COURMES, Préface de Michel Onfray, le cherche midi, 2003, p.49.

 

"Couple de pêcheurs ostendais avec enfant", 1928, a été exposé:   

- 1930, Galerie La Boussole, du 18 au 30 janvier, Anvers.

- 1930, Galerie Giroux, du 29 mars au 16 avril, Bruxelles.

- 1979, Rétrospective, musée de Peinture, du 16 mai au 20 août, Grenoble.

"Couple de pêcheurs ostendais avec enfant", 1928, a été publié:   

Vitalie Andriveau – Gilles Bernard, Alfred COURMES, Préface de Michel Onfray, le cherche midi, 2003, p.61.

 

"Le port de Nieuport", 1927, a été exposé:

- 1928, Salon des Tuileries, Paris.

- 1928, Salon de la peinture, Kursaal.

- 1930, Galerie La Boussole, du 18 au 30 janvier, Anvers. 

- 1977, Exposition particulière, Galerie Jean Briance, du 6 octobre au 12 novembre, Paris.

- 1979, Rétrospective, musée de Peinture, du 16 mai au 20 août, Grenoble.

"Le port de Nieuport", 1927, a été publié:

Vitalie Andriveau – Gilles Bernard, Alfred COURMES, Préface de Michel Onfray, le cherche midi, 2003, p.48.

 

"Pêcheurs ostendais dans le tramway", 1928, a été exposé:   

1928, salon de la peinture, Kursaal.

 

 

 

Les commentaires sont fermés.