Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/10/2013

Du portrait d'Hélène (1921) à celui de Jack (1992), le grand écart ! Publication n°6

 

Soixante-dix ans séparent le portrait d'Hélène Courmes peint en 1921 et celui de Jack Lang, débuté fin 1991, terminé en mai 1992.


Un peu d'histoire:

marin de dos logo.jpg

Alfred Courmes est né en 1898 à Bormes-les-Mimosas, dans une famille d'officiers de  marine. Il déménage souvent au gré des affectations de son père. Celui-ci partageait ses loisirs entre la musique, la peinture, les mathématiques et la chimie. Alfred commence à dessiner vers l'âge de onze ans. Ses premières aquarelles datent de l'époque où il vivait à Monaco (1912). Son père lui fait donner alors des leçons de peinture. Les premières huiles datent de 1917. Il va peindre jusqu'à sa mort, à Paris, en janvier 1993.

On recense environ 150 tableaux en 75 ans de peinture...

Alfred Courmes a peint relativement peu de portraits, une quinzaine, dont le célèbre portrait de Peggy Guggenheim (publication n°5) et quelques autoportraits. Ces œuvres datent essentiellement d'avant la Seconde Guerre mondiale.  Et puis, il en a peint un dernier, celui de Jack Lang, alors ministre d'État, ministre de la Culture et de la Communication.

 

  

21 Portrait de Melle Courmes hui19211.jpg

 "Hélène Courmes", 1921, huile sur toile (92 x 74), Musée des Années Trente, Boulogne-Billancourt. © adagp


Les observateurs n'auront pas manqué de se demander pourquoi Hélène, sa soeur, âgée alors de 16 ans, tourne la tête vers sa droite alors qu'elle nous fait face, assise dans son fauteuil. La raison de cette pose, pour le moins peu académique, est qu'elle a été la victime d'un accident en jouant avec ses frères. Elle est borgne, elle a reçu, paraît-il, une flèche dans l’œil... 

3299891319.png

« Ce tableau, je l'ai montré à Roger de la Fresnaye *, en 1924 à Grasse où il était avec son frère, il ne l'a pas aimé. »

Ce portrait a été acquis en 1992 par le musée des Années Trente de Boulogne-Billancourt. Il a été reproduit sur la couverture du livre consacré au musée paru en 1998.


 

 

portrait,jack lang,hôtel de valois,ministère de la culture

"Son Excellence Jack Lang, ministre d'Etat", 1992 (146 x 114), coll. part© adagp




jack lang,ministère de la cultureAlfred Courmes a 94 ans lorsqu'il a signé ce portrait de Jack Lang. Il s'est rendu plusieurs fois au ministère de la Culture, rue de Valois, à Paris pour réaliser les études du portrait. Le ministère occupe une partie du Palais-Royal. Pour ne rien "rater" du ministre et du  décor classé, il a fait prendre quelques photographies. 

Ils se sont rencontrés pour la première fois au vernissage de la rétrospective consacrée à Alfred Courmes par le Centre Georges Pompidou à Paris, en septembre 1989. Cette exposition, conçue par le musée de Roubaix , ira à Poitiers puis à Beaubourg sous l'impulsion de Jean Hubert Martin, le directeur du musée national d'art moderne. Malheureusement, un mouvement de grève du personnel d'entretien du Centre, contraint le musée à fermer ses portes au public quelques jours après l'inauguration pour une longue durée. Le rendez-vous "Parisien" d'Alfred avec le grand public aura été écourté... 

Le 17 octobre 1991, Jack Lang lui  remet la Légion d'honneur. La cérémonie a lieu à la galerie Berggruen, rue de l'Université, à Paris.  Antoine Mendiharat était le propriètaire de cette galerie et le marchand de Courmes depuis environ 10 ans. Il est mort quelques temps avant cette remise de médaille. 

Alfred Courmes est visiblement très heureux de cette reconnaissance tardive de l'Institution que, par ailleurs, il a tant brocardée !

3299891319.png

« L'essentiel pour moi, c'est le recommencement chaque matin de mon métier de peintre. Je serais heureux si l'histoire me retenait parmi les vingt meilleurs peintres de ma génération. »

jack lang, courmes,

 

jack lang, courmes,


Cérémonie de remise de la Légion d'honneur, le 17 octobre 1991.




Quelques portraits sans commentaires:

 

23 A sa maman hui1923179.jpg

 

17 Portrait de Jean Lecointre hui1917110.jpg


"Jean Lecointre", 1917.  © adagp                                                                     " Alfred Courmes",1923.  ©adagp



21 Portrait de reine Courmes hui192164.jpg

19 Reine Courmes hui1919159.jpg

 

"Reine Courmes", 1920, 1921.© adagp



29 Portait de Mme Corman min 1929419 (réduit).jpg

 

28 Portrait de Mme mathieu Corman hui1928248.jpg 47 Portrait de Sabine Van Riel hui194784.jpg

           "Madame Mathieu Corman", 1929. © adagp                                        "Sabine Van Riel", 1947. © adagp


Roger de la Fresnaye, peintre cubiste du début du xxème siècle, dont Alfred Courmes fut le seul élève, sera le sujet d'un prochain article. Une partie de la correspondance entre le maître et l'élève est conservée à la bibliothèque Kandinsky du Centre Georges Pompidou, Paris.



En savoir plus:


Sur le portrait d'Hélène:

Expositions:

- 1922, Salon de Printemps, organisé par la Société Lyonnaise des Beaux-Arts, Palais de Bondy, du 4 février au 26 mars, Lyon.

- 1989, Rétrospective, musée "La Piscine", du 29 avril au 11 juin (prolongation jusqu'au 25 juin), Roubaix.

- 1989, Rétrospective, musée Sainte-Croix, du 3 juillet au 4 septembre, Poitiers.

- 1989, Rétrospective, Centre Georges Pompidou, du 12 septembre au 22 octobre, Paris.

- 1990, Salon de Mars, la Galerie Berggruen expose Alfred Courmes et Irène Iliopoulos, Paris. 

- 2003, "Alfred Courmes en son pays" par le Réseau Lalan, du 7 septembre au 9 novembre, Bormes-les-Mimosas.

 

Bibliographie : 

-  Emmanuel Bréon et Michèle Lefrançois, Le musée des Années Trente , Préface de Pierre Rosenberg, Somogy Éditions d'art, 1998, couverture.

 - Vitalie Andriveau – Gilles Bernard, Alfred COURMES, Préface de Michel Onfray, le cherche midi, 2003, p.19.


Sur le portrait de Jack Lang:

Bibliographie : 

- Vitalie Andriveau – Gilles Bernard, Alfred COURMES, Préface de Michel Onfray, le cherche midi, 2003, p.177.